❤ Le Blog Des Chiens ❤

10 février 2015

Arrêt des races de chiens.

Bonjour , en cause des fiches sur les races de chiens qui me prennent énormément , j'ai décidé d'arreter ceci.

Si vous voulez en savoir plus sur toutes les races de chiens : Wamiz.com

 

Cdt, Maellelol

Posté par Maellelol à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Oû les informations sont données ?

Bonjour , je vous annonce que la plupart des informations sont récoltées sur Wikipédia et Wamiz.

Cdt, Maellelol

Posté par Maellelol à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fêtons les 1an du blog !

Je suis heureuse de vous annoncer que le blog fête ses 1an ! Je suis désolée pour cette absence ( 8 mois environ...) mais la , 

Le Blog Des Chiens (onaimeleschiens) est de nouveau en activité !

Bonne journée / Bonne soirée , Maellelol , fondatrice de Le Blog Des Chiens (onaimeleschiens)

Posté par Maellelol à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2014

Conseils avant d acheter un chien

conseils achat chien

Vous avez décidé d'acheter un chien, mais juste avant son arrivée, des interrogations persistent. Qu'il s'agisse d'un chiot ou d'un chien adulte, voici quelques petits conseils d'ordre général pour que l'accueil de votre animal se passe dans les meilleures conditions.

Questions à se poser avant

Avant d’acheter un chien, il ne suffit pas de savoir quel est son aspect, combien il coûte et quelle est sa taille : il faut essayer de s’informer le plus possible sur ses caractéristiques psychophysiques afin de savoir tout ce que l’on peut attendre de lui… et ce que lui pourra attendre de nous.

Acheter un chien n’est pas comme acheter une paire de chaussures : c’est « presque » commeadopter un enfant, parce que c’est un pas que l’on devrait franchir avec le même sérieux et le même sentiment de responsabilité.

 

Le chien est un être vivant, sensible et intelligent : il doit être respecté pour cela. Le chien peut être un ami, un collaborateur, un membre de la famille : il ne doit jamais être « seulement » un animal que l’on nourrit deux fois par jour parce que – tout comme un enfant – il n’a pas seulement faim d’aliments mais il a aussi une grande faim d’amour, d’attentions, d’apprentissage.

Posséder un chien signifie également balayer de son esprit tous les doutes et toutes les idées préconçues : ainsi il faut se demander s’il représente un danger pour les enfants, s’il peut transmettre des maladies, quel est le prix réel de son entretien ou quel travail représente son dressage.

Il convient de souligner que ceux qui assènent des vérités catégoriques ont généralement simplement entendu parler des chiens (parfois par d’autres « super experts » comme eux) ou bien ont eu un ou deux chiens (qui sont souvent restés enfermés dans un jardin sans jamais avoir de contacts avec les maîtres) mais en réalité ils ne savent rien de cet animal ; toutefois, ils sont convaincus de tout savoir.

En effet, aucun véritable expert en cynophilie ne peut être aussi affirmatif, parce que ceux qui connaissent vraiment les chiens savent très bien qu’il faudrait dix vies pour « tout » savoir sur les chiens.

Idées reçues sur l'aggressivité

Par ailleurs, il faut préciser que les chiens tueurs n’existent pas. Il n’existe pas dans l’absolu des « races qui mordent les enfants » ni des chiens qui, la bave aux lèvres et les yeux exorbités, traînent dans les rues pour trouver un être humain dans lequel planter leurs dents.

Il existe des chiens très agressifs et des chiens moins agressifs, mais l’agressivité n’est pas un défaut, c’est une composante normale du caractère. Elle a été sélectionnée chez certaines races plutôt que dans d’autres, mais personne ne s’est jamais amusé à créer un chien anti homme : on a créé des chiens très agressifs envers le gibier (voir les Terriers) et aussi des chiens agressifs envers les autres chiens (voir les races nées pour les combats), mais aucun de ces chiens « n’en a » après l’homme. Au contraire, les chiens qui ont le plus tendance à mordre leurs semblables adorent habituellement l’homme et sont d’une douceur incroyable avec les enfants.

Naturellement, s’il est vrai qu’il n’existe pas de chiens tueurs, il est tout aussi vrai qu’il existe des hommes tueurs. Ceux-ci peuvent même rendre dangereux et mordant un petit Caniche, parce qu’un chien a comme seul grave défaut d’être prêt à tout pour plaire à son maître : s’il lui demande de mordre des enfants et des personnes âgées, il mordra des enfants et des personnes âgées.

Mais la bête féroce ce n’est pas lui (remarque : le fait que les petits Caniches ne soient pas les chiens les plus souvent accusés d’être cruels et de mordre systématiquement signifie simplement que les « fous à deux pattes » n’achètent pas de petits Caniches, mais préfèrent d’autres types de chien. Cependant, placés entre les mains de personnes équilibrées et saines d’esprit, ces mêmes chiens deviennent très doux et sans danger). La constatation est toujours la même : la seule race vraiment capable de férocité est la race humaine.

Posté par Maellelol à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jouer avec son chien : 5 idées d'activité d'interrieur

chien

Durant l'hiver, lorsqu'il fait froid et triste, nous sommes souvent tentés de réduire un peu le temps des balades de nos compagnons à 4 pattes. Si promener son chien chaque jour, en toutes circonstances, est indispensable, il est envisageable de faire durer la promenade un peu moins longtemps que d'habitude, si l'on compense avec d'autres activités. Jouer avec son chien et le stimulertout en restant bien au chaud est tout à fait possible !

Voici quelques idées d'activités d'intérieur à faire avec son chien :

Cache-cache

Si l'on pense à jouer à cache-cache avec ses enfants, on oublie que les chiens eux aussi sont friands de ce jeu !

Pour donner encore plus envie à votre toutou de vous chercher, partez vous cacher avec une friandise que vous lui aurez préalablement montré. Il ne pourra résister à l'envie de vous retrouver, vous et sa savoureuse récompense ! Vous pourrez l'aider en l'appelant et en lui donnant quelques indications s'il peine à mettre la patte sur vous !

Des jeux stimulants

Il existe de nombreux autres jeux très amusants et permettant de stimuler les capacités intellectuelles et sens des chiens. Lui faire chercher des friandises bien cachées, par exemple.

Des jeux spécialement conçus pour faire marcher les méninges des toutous sont vendus dans le commerce, mais vous pouvez créer les votres aussi. Pour développez son flair, prenez 3 gobelets et cachez une friandise sous l'un d'eux, puis laissez votre chien la trouver.

Vous pouvez aussi faire travailler sa vision en lui montrant un jouet avant de le cacher et de lui demander de le chercher.

Du sport à la maison

Comme vous, votre toutou peut faire de la gymnastique à la maison. Ces exercices ne remplaceront pas une bonne balade en liberté et en pleine nature, mais ils feront du bien à votre chien.

Armé de friandises pour le motiver, faites-lui répéter plusieurs fois à la suite le même mouvement, s'asseoir et se relever par exemple, donner la patte pour renforcer les muscles de ses épaules, ou faire des roulades.

Un petit massage

L'hiver, c'est aussi le meilleur moment pour cocooner, se détendre, prendre soin de soi. Et nos toutous aussi le méritent bien !

Saviez-vous que les chiens apprécient les massages ? Fait par des professionnels, ou par vos propres mains, le massage canin a de nombreux bienfaits. En plus de réduire le stress, il permet d'améliorer la circulation sanguine, et d'apaiser les douleurs musculaires.

Alors n'hésitez pas ! Mettez-vous au massage canin !

 

De la musique

Toujours dans l'optique de cocooner et se relaxer pendant l'hiver, la musique est elle aussi une très bonne idée. Eh oui, nos meilleurs à 4 pattes nous ressemblent plus que nous l'imaginons, et certains sont très sensibles à la musique.

Il existe même des morceaux composés tout spécialement pour les animaux, afin de lutter contre le stress dont ils peuvent souffrir. Ces morceaux auraient aussi un impact positif sur la tension artérielle des animaux.

Posté par Maellelol à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 janvier 2014

10- Basenji

Le basenji, appelé aussi parfois terrier Nyam-Nyam ou terrier du Congo, est une race canine originaire d'Afrique centrale, et plus spécialement du Congo. Il tire son nom d'un mot péjoratif bantou signifiant « indigènes », « sauvages » ou « primitifs », comme mosɛ́nzi/basɛ́nzi en lingalace mot étant à l'origine une insulte donnée par les colons blancs aux indigènes analphabètes, « mon singe » a donné mosɛ́nzi, qui selon les règles grammaticales devient basɛ́nzi au pluriel.[réf. souhaitée]

Histoire

Le basenji est une race très ancienne, qui existe depuis des milliers d'années. On a retrouvé des représentations d'un chien lui ressemblant dans plusieurs tombeaux de pharaons. Il semble que cette race ne soit arrivée en Europe qu'au XXe siècle.

Standard

Un basenji trindle

Le basenji est un chien de construction légère, à l’ossature fine, haut sur pattes par rapport à sa longueur. Le standard FCI décrit son allure comme aristocrate. La tête est ridée avec des oreilles droites. Les yeux de couleur foncée sont en forme d’amande, disposés obliquement. Le cou est galbé, la ligne de la poitrine est bien descendue avant de remonter pour se fondre dans un flanc bien marqué. La queue attachée haut est enroulée en boucle serrée par dessus la colonne vertébrale pour s'appliquer tout contre la cuisse en formant une boucle simple ou double1.

Le poil est court, luisant et serré, très fin. Les couleurs admises sont le noir pur et blanc, le rouge et blanc, le noir et feu, le blanc avec des pastilles feu au-dessus des yeux et marques feu au museau et aux joues, le noir, le fauve et blanc, le bringé1.

Caractère

Le basenji est un chien qui n’aboie pas mais n’est pas muet. Le cri du basenji est comparé à un gloussement ou a des vocalisations de chanteurs tyroliens. Le basenji est une race décrite comme intelligente, indépendante, affectueuse et active. C'est un chien distant avec les étrangers1.

Chien de chasse ou de compagnie, le basenji est un chien primitif. La fédération cynologique internationale le classe d'ailleurs dans le groupe 5, les chiens de type spitz et de type primitif.

La femelle basenji n'est en chaleur qu'une fois par an2.

Santé

Le basenji est une race qui connait bien le Syndrome de Fanconi. Maladie génétique récessive mortelle. Malgré l'existence d'un test depuis 2007, et contrairement à la majorité des autres pays, des éleveurs français continuent à reproduire des chiens affectés par cette maladie.

Basenji
Deux basenjis.
Deux basenjis.

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Afrique centrale
Caractéristiques
Taille 43 cm (M), 40 cm (F)
Poids 11 kg (M),9,5 kg (F)
Poil Court, luisant, serré.
Robe Fauve et blanc, noir et blanc, noir fauve et blanc. Le marquage bringé est accepté.
Tête Fine, front ridé, stop léger.
Yeux Foncés, en amande.
Oreilles Petites, pointues, dressées.
Queue Longue, d'insertion haute, s'enroule en boucle serrée.
Caractère N'aboit pas, propre, intelligent.
Autre
Utilisation Chien de compagnieChien de chasse

Pris sur Wikipédia

Posté par Maellelol à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

9- Barzoï

Le barzoï ou lévrier russe (Rousskaya Psovaya Borzaya, psovaya borzaya signifiant « rapide à poils longs ») est une race canine originaire de Russie. La Fédération cynologique internationale le classe dans le groupe 10, lévriers, section 1, standardno 193.

Utilisation : lévrier de chasse, de course et de poursuite à vue sur leurre.

Description

C'est un très beau lévrier, grand, élancé, élégant, à l'allure aristocratique. Il a une conformation harmonieuse, une taille imposante, une fourrure riche et belle en couleurs, des proportions équilibrées et des mouvements gracieux; il dégage une indéniable noblesse.

Un superbe barzoï de six ans

Bien entraîné, il est rapide et endurant à la course mais ne dépasse pas 55 km/hen pointe. Il peut être dangereux au combat car il est puissant et courageux.

Sa taille va de 75 à 85 cm au garrot, pour les mâles, et de 68 à 78 cm au garrot pour les femelles.

Histoire

Les origines du barzoï sont lointaines et controversées.

Il serait issu de croisements entre différents lévriers asiatiques (à l'origine sloughi/tazi) et le Laïka, chien de type spitz, à poils longs, originaire de Russieseptentrionale, utilisé notamment pour la chasse et le trait. D'autres croisements sont sans doute intervenus par la suite. Par ailleurs, en l'état actuel des connaissances, on ne saurait exclure la possibilité d'une origine directement liée à la faune sauvage. En tout état de cause, la sélection opérée par les éleveurs a abouti à la création d'une race plus ou moins homogène, dès la fin du xviiie siècle1.

La première mention d'un lévrier russe - mais pas forcément du psovoi borzoi - en France, date du début du xie siècle. Selon une chronique, Anne de Kiev, fille de Iaroslav le Sage, grand-prince de Kiev, qui épousa en secondes noces le roi Henri Ier, était escortée de trois lévriers: un noir, un gris et un fauve. Elle aimait, nous dit-on, beaucoup chasser à courre.

On sait également qu'en 1519, le roi du DanemarkChristian II, offrit à François Ier, roi de France, des lévriers de race russe, ramenés de Moscovie2.

Dans son Rerum Moscoviticarum Commentarii (Commentaires sur les affaires moscovites), publié en 1549, le baron Sigismund von Herberstein, ambassadeur de l'empereur Maximilien Ier auprès du grand-prince Vassili III de Moscou, a décrit une chasse grand-ducale à laquelle il assista en qualité d'invité. Cette chasse se déroulait de la manière suivante: des rabatteurs battaient les bouquets d'arbres et les broussailles pour en faire sortir les lièvres et lorsque ceux-ci apparaissaient à découvert, les chasseurs postés alentour lâchaient leurs lévriers. Selon Artem Boldarev, lui-même propriétaire d'une célèbre meute (Woronzova) et grand connaisseur de la race, « c'était bien avec des borzoïs que chassait le grand-prince Vassili III. Il existe une miniature de missel où il est représenté allant en pèlerinage, assis dans un traîneau et suivi de son écuyer de chasse menant en laisse sa svora composée de trois borzoïs. Ceux-ci sont très reconnaissables à leur museau allongé, à leur long poil et à leur queue en forme de faucille »3.

La première description connue d'un lévrier russe à poil dense date du début du xviie siècle (1635). Elle se trouve dans un ouvrage intitulé Les Règles de la chasse avec le lévrier à poil long, rédigé par Christian von Lessing, de Riga.

Au xviiie siècle, la chasse à courre atteint son âge d'or, en Russie. La plupart des membres de la dynastie des Romanov (fondée en 1613) et de la noblesse terrienne russe ont, de tout temps, aimé et assidûment pratiqué la chasse à courre, avec des barzoïs, voire d'autres lévriers, et des chiens courants. Cette forme de chasse est unique en son genre : elle implique une meute de chiens courants et une meute de barzoïs. Lancée dans les sous-bois par les veneurs à cheval, la meute de chiens courants rabat le gibier en terrain découvert, en direction des barzoïs postés à distance. Les chasseurs à cheval mènent les barzoïs en svora de deux ou trois (le mot svora désigne aussi bien le couple ou le trio de chiens que la longue lanière de cuir qui les retient). Aussitôt libérés à la vue du gibier, les barzoïs doivent le rattraper pour le tuer ou l’immobiliser. Qu'ils chassent par goût ou par tradition, les Russes entretiennent alors des équipages fastueux. À l'exemple d'un certain Samsonov, à Smolensk, qui possède un millier de chiens et, nous dit-on, ne manque jamais d'ajouter les mots « premier chasseur de Russie » après sa signature. Le barzoï est élevé en meutes bien distinctes (couleurs de robes, nature du poil, formes de têtes, tailles, etc.) selon les goûts respectifs des chasseurs. On l’utilise pour la chasse au lièvre, au renard mais aussi au loup, au cerf ou au sanglier.

Une chasse russe, A. Kivchenko

L'abondante iconographie picturale disponible dès le xixe siècle atteste que la race est désormais à son point culminant, même dans la diversité de ses types. Mais l'abolition du servage, en 1861, lui porte un premier coup presque fatal. Les propriétaires terriens perdent une importante main-d'œuvre gratuite. « Les neuf-dixièmes des équipages de chasse sont liquidés », écrit Artem Boldarev. Pourtant, il en reste encore un grand nombre.

À partir des années 1870, le barzoï se dissémine peu à peu dans le monde entier. On commence à le connaître en Angleterre, en France, en Amérique et ailleurs. Toutefois, la morphologie de certains individus donne matière à discussion. Les types sont très variables, souvent abâtardis. En Russie, quelques éleveurs se mobilisent pour tenter de sauver la race, à l'aide des dernières meutes disparates qui existent encore. En 1873, et à l'initiative du comte V.A. Cheremetiev, ils fondent l'Association impériale pour la propagation des chiens de chasse et la réglementation de la chasse. Celle-ci organise des expositions et des épreuves de courre en champ clos.

Une belle femelle typée

En 1887, le grand-duc Nicolaï Nicolaïevitch Romanov (1856-1929) crée sa propre chasse, sur le domaine de Perchino (province de Toula). Sa meute restera la plus célèbre et sans doute la plus belle parmi toutes les autres dont l'histoire a retenu le nom. Nicolaï Nicolaïevitch était non seulement un grand militaire de carrière mais aussi un chasseur passionné et un éleveur avisé. On peut par ailleurs admettre que, s'agissant de ses équipages de chasse, il prenait volontiers conseil auprès de son intendant, Dmitri Valtsov, auteur d'un ouvrage de référence, consacré à Perchino (La Chasse de Perchino), publié en Russie, en 19134.

Malheureusement, la révolution russe de 1917 va quasiment anéantir le barzoï dans son pays d'origine. Par chance, les nombreux individus exportés précédemment - en particulier de Perchino - dans plusieurs pays d’Europe et même aux États-Unis permettront de sauver la race.

Le barzoï a été très à la mode dans la société de l’entre-deux-guerres.

Barzoï
Image illustrative de l'article Barzoï

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau de la Russie Russie
Caractéristiques
Taille M 75 à 85 cm, F 68 à 78 cm
Poil Soyeux, doux et souple, ondulé
Robe Combinaison de toutes couleurs sauf bleu et marron
Tête Sèche, étroite, stop peu marqué, grande truffe
Yeux Noisette foncé ou brun foncé, en amande
Oreilles Petites, mobiles, attachées haut, plutôt en arrière
Queue Longue, en forme de sabre, garnie d'un panache
Caractère Calme, équilibré. S'excite à la vue du gibier

Pris sur Wikipédia

Posté par Maellelol à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

8- Barbet

Le barbet est un chien d'eau français. Il appartient au groupe 8 (Chiens rapporteurs de gibier - Chiens leveurs de gibier - Chiens d'eau). C'est l'ancêtre du caniche et de nombreux autres chiens, comme les griffons par exemple.

Chien favori des grognards de Napoléon 1er 1. Chien mythique que Gœthe a choisi pour incarner la promesse du savoir absolu et du pouvoir de séduction. Le barbet noir est la forme que prend le diable pour se présenter à Faust.

Description

Il peut être de plusieurs couleurs, mais la principale a été pendant de nombreuses années le blanc et noir ou le noir panaché de blanc. On rencontre de plus en plus de barbets marron, ou marron panaché blanc, ou sable, mais ils sont plus rares.Le barbet ne perd pas ses poils. Son pelage est frisé, pouvant former des mèches. Le poil long laineux frisé du Barbet est la caractéristique essentielle de la race. La taille du barbet varie de 52 à 61 cm au garrot pour une femelle et de 57 à 65 cm au garrot pour un mâle (Standard FCI 2006). Le barbet est aussi utilisé comme chien guide d'aveugle. Le barbet peut être utilisé comme chien truffier. Cependant, c'est un nageur hors-pair et il adore l'eau. Une femelle Barbet se dit "Barbette", un chiot mâle "Barbichon", un chiot femelle "Barbichonne", un éleveur de Barbet: "Barbetier". C'est l'une des seules races à présenter cette particularité. C'est aussi la seule race française du 8e groupe. On le retrouve également dans des expressions: "crotté comme un Barbet" ou d'un homme qui en suit toujours un autre "suivre comme un Barbet". Ces expressions sont notamment reprises dans les dictionnaires de proverbes. Barbet, de "barbe" a été pendant longtemps un mot générique utilisé pour tous les chiens à poil long, qui ont une barbe, quelle que soit sa taille qui peut varier d'un griffon, caniche nain, un bichon jusqu'au caniche royal.

Caractère

À l'origine, ce chien était employé comme chien de chasse en marais (il a les pattes palmées), mais il est à l'heure actuelle principalement utilisé comme chien de compagnie. Chien calme à l'intérieur, il aime se dépenser à l'extérieur. C'est un chien sportif qui appréciera d'accompagner son maître dans ses balades à pied, à vélo ou à cheval et qui ne se fera pas prier pour un parcours d'agility

Soins

Le barbet selon la texture et la longueur de son poil, doit être brossé une fois par semaine. Son poil peut être recoupé aux ciseaux environ tous les deux ou trois mois pour garder une longueur raisonnable. On peut aussi le tondre, une à deux fois par an.

Barbet
Image illustrative de l'article Barbet (chien)

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau de la France France
Caractéristiques
Silhouette type médioligne, longueur légèrement supérieure à la hauteur
Taille de 52 à 66 cm
Poil Long, laineux, frisé.
Robe Unicolore, différentes couleurs acceptées.
Tête Crâne rond, stop marqué, poil formant une barbe.
Yeux Ronds, de préférence marron foncé.
Oreilles Tombantes, larges.
Queue Un peu relevée, attachée bas.
Caractère Équilibré, sociable, aimant l'eau.

Standard en cours de modification en ce qui concerne la taille du barbet en 2011.

Pris sur Wikipédia

Posté par Maellelol à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

7- Azawack

L'Azawakh est un Lévrier originaire d'une région sahélienne qui va du Mali, au Niger et au Burkina Faso. Il tire son nom de la vallée de l'Azawakh, près du plateau central du Niger et de la frontière du Mali. On l'appelle aussi Lévrier Touareg, Sloughi Touareg, ou encore Lévrier du Sud saharien.

Histoire

Présent dans le Sahel depuis des siècles, il apparaît en Europe vers 1970. La Fédération cynologique internationale reconnaît la race en 1981 et publie un standard en 1982.

À l'origine, ce lévrier était utilisé pour la chasse, sa rapidité convenant très bien à la poursuite des antilopes et à la capture des oiseaux au vol. Sa beauté en faisait également un animal d'apparat et de compagnie.

Le nom "azawakh" est à rapprocher du terme "azuwakh" pour signifier textuellement dans la langue kabyle (berbère) : "un arrogant".

Caractère

Vif et attentif, c'est un animal qui peut se montrer un peu distant, surtout avec les étrangers. Il recherche peu les caresses. Doux et sensible, il nécessite un dressage patient, à commencer dès son plus jeune âge. Ce chien est aussi un chasseur rustique, vif et résistant. Vigilant et farouche, c'est un bon gardien. Il a aussi un caractère décidé. C'est un chien indépendant mais affectueux avec ses maitres.

Soins

Courses d'Azawakh

On ne lui connaît pas de problème de santé particulier.

Son poil très fin nécessite un bon brossage hebdomadaire.

C'est un chien taillé pour la course qui a donc un besoin d'espace et de beaucoup d'exercice.

Vitesse de Pointe

Il peut faire des pointes de 70 km/h, mais sur une courte distance d'environ 300 mètres.

Azawakh
Image illustrative de l'article Azawakh

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Caractéristiques
Taille M 64-74 cm, F 60-70 cm

grand, élancé et longiligne

Poids M 20-25 kg, F 15-20 kg
Poil Ras, fin
Robe Toutes nuances de fauve, balzane aux membres, plastron blanc, pinceau blanc en bout de queue.
Tête Fine, carré
Yeux En amande, assez grands, foncés ou ambrés
Oreilles Attachées haut, fines, tombantes
Queue Longue, mince, effilée
Caractère Vif, attentif, distant, voire très méfiant avec les étrangers, fort caractère. Indépendant et assez désobéissant, il est nécessaire de bien le cadrer dès son plus jeune âge. Cependant il est très attaché à ses maîtres et se montre débordant d'affection avec ceux qu'il connaît bien. Il aime les caresses et plus que tout jouer avec d'autres chiens.

 Pris sur Wikipédia

Posté par Maellelol à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2014

6- Ariégeois

L'ariégeois est une race de chiens qui tire son nom de l'Ariège, un département français. L'ariégeois est un chien courant de taille moyenne de couleur blanc et noir, avec des marques feu pâle sur la face.

Créé pour la chasse à tir et à courre, il serait issu d'un croisement entre des briquets du pays et des grands chiens courants du midi (sans doute le grand bleu de Gascogne et le grand gascon saintongeois).

Historique

Le comte Élie de Vézins est l'instigateur de la race qui serait issue d'un croisement entre des chiens courants et des briquetsautochtones et un chien d'ordre comme le grand bleu de Gascogne ou le grand gascon saintongeois1. La race est présente dans le midi de la France et plus particulièrement dans l'Ariège2.

Standard

L’ariégeois est un chien courant de taille moyenne, construit pour la chasse et d'allure légère et d'élégante. La queue bien attachée est fine à son extrémité et atteint la pointe du jarret. Elle est portée en lame de sabre. Le crâne est de largeur moyenne avec une bosse occipitale peu marquée. Le chanfrein est légèrement busqué et de la même longueur que le crâne. Les oreilles fines, souples et papillotées atteignent la naissance de la truffe. L'attache de l'oreille est située juste en-dessous de la ligne de l’œil. Les yeux sont bruns et bien ouverts3.

Le poil est court, fin et serré. La robe est blanche à taches noires au contour bien délimité et parfois mouchetée. De marques feu pâles sont présentes sur les joues et au-dessus des yeux3.

Caractère

Le standard FCI décrit la race comme appliquée, gaie et sociable3. L’ariégeois est calme, affectueux, intelligent et facile à dresser. Cette race est faite pour vivre à la campagne et chasser, la vie en ville n'est pas recommandée à l'ariégeois2. Il apprécie les enfants et les autres chiens1. L'éducation doit être réalisée dès le plus jeune âge avec beaucoup de douceur pour le sociabiliser1.

Utilité

L'ariégeois est un chien courant est doté d'un nez fin et d'une belle voix. Appliqué et faisant preuve d'initiative, l'ariégeois est notamment utilisé pour la chasse au lièvre et parfois pour le sanglier. L'ariégeois convient aussi bien à la chasse en plaine qu'en forêt et en lieux escarpés, mais est particulièrement adapté à la montagne.

La race est de plus en plus souvent utilisée comme un animal de compagnie.

Ariégeois
Ariégeois.
Ariégeois.

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau de la France France
Caractéristiques
Silhouette Chien courant de taille moyenne de construction légère.
Taille 52 à 58 cm (M), 50 à 56 cm (F).
Poil Court, fin et serré.
Robe Blanche à taches noires ; parfois mouchetée, présence de feu sur la tête.
Tête Légèrement bombée, truffe noire, arcades sourcilières peu marquées.
Yeux Bien ouverts, bruns.
Oreilles Tombantes, souples, longues.
Queue Assez fine, atteignant la pointe du jarret.
Caractère Gai, sociable, appliqué.
Autre
Utilisation Chien de chasse

Pris sur Wikipédia

Posté par Maellelol à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]